Hier, un patient m’a dit : « Je n’ai pas fait les exercices de méditation (espace de respiration de 3min) car je suis calme et je n’en ai pas besoin. »

Alors je lui ai posé 3 questions.

1re question : « Où est votre passé ? »

Il me répond, comme beaucoup de personnes d’ailleurs, il est derrière moi… Et moi de lui dire « Derrière vous ? Il y a un tapis, et un mur. Je ne vois pas votre passé ! » Il se retourne en riant. « D’accord, il n’est pas derrière moi ! Mais je n’en sais rien, où il est ? Peut-être dans ma tête ? » Moi « Vous croyez ? » Lui « OK, OK… Il est dans ma tête! »

2e question : « Où est votre futur ? »

Il me répond « Là c’est plus facile ! Il est dans ma tête car il n’existe pas encore ! » Moi « D’accord, si vous voulez. »

3e question : « Où est votre présent ? »

  • Il me répond, plus sûr de lui. « Il est autour de moi ! »
  • Moi « Vous croyez qu’il n’est que là ? »
  • Lui « Encore dans ma tête ? Oui ! Vous avez raison… Il est dans ma tête »
  • Moi « Si vous le dites, et c’est tout ? »
  • Lui « Oui ! C’est tout. Où pourrait-il être encore ? »
  • Moi « Donc le présent est autour de vous et dans votre tête ? Et donc votre corps ne participe pas au présent ? Vous êtes une tête sans corps ? Comme le Chat du Cheshire dans Alice au Pays des merveilles ? Quand j’étais petit, cette tête toute seule me terrorisait… pas vous ? »
  • Lui en riant « Ah oui c’est vrai que j’ai oublié mon corps ! »
  • Moi pour résumer « Donc le présent se trouve dans votre tête, votre intelligence,  dans votre corps, vos sensations, et dans le monde auquel vous accédez par vos 5 sens, c’est bien cela ? »
  • Lui « Oui ! C’est cela »

Question subsidiaire : « Les choses qui sont importantes pour vous sont-elles toujours les mêmes dans tous les contextes ?
Par exemple quand vous êtes au travail « Les choses importantes à vivre pour vous sont-elles les mêmes que quand vous êtes avec votre femme ou vos enfants ? »

Il me répond : « Non bien sûr ! »

OK alors où êtes-vous maintenant ?

Il regarde autour de lui… « Chez le psy ? » Moi « Ça, c’est dans votre tête. C’est une étiquette sociale … Mais où réellement êtes-vous ? » « Dans une pièce ? » – « Et comment est-elle ? » -« les murs blancs… » – « Température ? » – « 22° ? » « Je continue, que ressentez-vous ? » – « Un tiraillement sur les épaules ? » – « Que pensez-vous ? » « Je me demande où vous voulez en venir ? »

Bien, arrêtons 3 minutes… je recommence mon jeu de questions, mais en utilisant « l’espace de respiration« (Cela renvoie à la carte SIM, de l’article Qui suis-je…)…. Puis je lui demande « qu’avez-vous observé ? » – « J’ai observé que je suis un peu perdu, que je suis énervé et impatient. » – « Ça vous a relaxé ? » – « non pas du tout ! »

« Eh bien voilà ! CQFD ! Vous avez observé que vous êtes impatient… Est-ce le moment de faire une action qui nécessite de la patience ? Certainement pas… Qu’est-ce qui est important pour vous maintenant ? » –  « Je veux comprendre ! »

« Super ! La valeur fondamentale qui vous guide est liée à l’apprentissage. Dans le contexte où vous êtes est-ce normal ? » – « Oui, bien sûr ! »

« Imaginons 5 minutes que vous êtes avec votre fils, et qu’il vient vous voir pour l’aider à faire ses devoirs, alors que vous êtes dans le même état émotionnel que va-t-il se passer d’après vous ? » – « Et bien il y a des chances que je l’envoie bouler ! »

OK … Et quelles sont vos valeurs dans le contexte « Rôle de parent » ? « Ah oui, bien sûr… Certainement pas de l’engueuler pour rien… »

Moi de lui dire : « Que s’est-il passé ? Vous avez seulement changé de contexte et les valeurs changent… Comment savoir où vous êtes ? Dans quel contexte vous êtes ? »

Lui, pensif « Il faut que j’observe mes pensées, mes sensations et mes 5 sens ? »  Moi « OK… » Lui « Mais je n’y arriverai pas je vais être dans le feu de l’action… »

Moi « C’est pour cela qu’il faut s’entrainer ! Et la méditation c’est exactement cela, observez un objet volontairement dans l’instant présent, et ce n’est pas facile ! »

Lui « Donc la relaxation et la méditation n’ont pas le même but ? C’est ça que vous vouliez me faire comprendre ? Donc je vais faire mes exercices… Vous êtes très convaincant ? » Moi « Si vous vous êtes convaincu, cela me suffit… et bravo pour votre observation. » Lui « Oui, je vais faire mes exercices ! J’ai compris ! L’important c’est d’observer... » Moi « On peut résumer cela comme çà au moins au début… BRAVO ! »