Ogg Lindsley, un des pionniers des TCC (thérapies comportementales et cognitives) à proposé dans les années 1950, « la règle de l’homme mort ». Vous la connaissez ?

Pour ceux qui ne la connaisse pas en voici un résumé : « Si l’objectif du client peut être atteint par une personne morte, ce n’est pas un bon objectif d’accompagnement » et en effet si une personne morte peut atteindre un objectif plus facilement qu’une personne vivante faire le choix de cet objectif met en compétition le vivant et le mort.

Voulez-vous être en compétition avec un mort ? Et … C’est lui qui va gagner !

Quelques exemples d’objectif d’homme (ou de femme) mort(e) :

  • Ne plus boire
  • Ne plus fumer
  • Ne plus me mettre en colère
  • Ne plus me sentir mal
  • Ne pas avoir de pensées négatives
  • Ne pas avoir d’émotions négatives
  • Ne pas rencontrer de personnes négatives
  • Ne plus être triste
  • Ne plus avoir de souvenirs douloureux

Remarquez comme ces objectifs peuvent être très facilement atteints par un homme mort, alors que c’est si difficile pour un vivant. Et hop CQFD ! (Ce Qu’il Fallait Démontrer….)

Imaginez que je vous propose deux pilules : (un peu comme dans Matrix)

  • La pilule bleue sur laquelle est dessiné un magnifique soleil et un temps calme sans nuages sur un petit ilot isolé du pacifique
  • La pilule rouge sur laquelle il est dessiné un bateau dans la tempête

Que prendriez-vous ?

  • La pilule bleue où vous vivrez une vie où vous ne ressentirez plus jamais de chose désagréable, mais ne ferez plus rien de plus que ce que vous avez fait jusqu’à aujourd’hui et que vous faites déjà, ou
  • la pilule rouge, qui vous promet des ressentis parfois difficiles. Parfois il augmenteront, parfois ils baisseront, en revanche vous aurez une véritable chance de pouvoir faire les choses importantes que vous ne pouvez pas faire aujourd’hui.

Laquelle de ces pilules prendrez-vous ?