La politique du rétroviseur


La télévision a évolué grâce ou a cause de l’audimat, laissant la part belle non plus à la création, mais à une soupe plus ou moins digeste fonction de l’avis présumé des téléspectateurs. Qu’en est-il de la politique ?

C’est en constatant que mon téléviseur ne me donnait plus satisfaction que j’ai décidé de le supprimer de chez moi il y a 7 ans maintenant 😉

C’est fait ! Et vous savez quoi ? J’ai survécu à ce traumatisme initial de la séparation. Je n’ai plus de télévision depuis 7 an plein maintenant puisque la télévision a disparu de chez moi depuis le 15/02/2006.

Pourquoi ai-je supprimé la télévision ?

Tout simplement parce qu’un jour j’ai constaté que mes enfants, n’étaient plus créatifs… J’avais à l’époque 9 enfants à la maison et je me suis posé la question sur l’ensemble des causes possibles de cette non création. J’ai avancé plusieurs hypothèses dont… La télévision n’est-elle pas en cause ?

J’ai constaté qu’avant la télévision, permettait au créateurs de s’exprimer. Certains vont, bien entendu, me dire que la télévision fait la part belle aux créateurs actuellement de part les engagements pris par contrat avec le CSA…

Mais aux créateurs de quoi ?

Lorsque je prends un feuilleton des années 70, et que j’en fait un téléfilm, effectivement, je crée quelque chose de nouveau mais seulement dans la forme pas dans le fond ! Lorsque je prends une émission que je relooke en changeant le nom, c’est nouveau dans la forme, et encore pas toujours, mais dans le fond où est la nouveauté ?

Mais je comprends très bien pourquoi, les dirigeants des chaînes de télévision généralistes qui vivent d’un budget publicitaire important ne veulent pas prendre de risque de se planter. Je ne leur en veux pas d’ailleurs… Je me contente de supprimer la télévision de mon environnement !

La direction de la télévision me fait penser à un conducteur qui conduirait en regardant uniquement son rétroviseur et certainement pas devant lui…

La question est qu’est-ce que les gens ont aimés hier ? Qu’est-ce que je peux leur proposer pour qu’ils viennent demain chez moi ? Je regarde le passé et je le mets au futur !

Je crée quelque chose en fonction seulement des goûts d’hier ! Et de fait… Je tue la création !

Et d’ailleurs dans le contexte économique qui a raison ?

La société technicienne, induit ce type de comportement, le progrès n’est plus là pour permettre à l’homme d’améliorer sa situation mais pour permettre à des sociétés de survivre. J’ai cru halluciner quand j’ai entendu un responsable de la recherche, qui expliquait qu’il fallait investir pour éviter que les cerveaux ne partent à l’étranger, et donc pour éviter que nos sociétés soient en difficulté en face de la concurrence.

J’ai pensé alors à un de mes amis avec sa maladie de Crohn (Site de la fondation recherche médicale). Tu peux espérer, mon ami, mais… Ce n’est pas pour toi que nous allons investir mais pour les sociétés pharmaceutiques, et pour éviter quelles ne disparaissent ! Cela est un autre débat, et j’y reviendrai certainement, un jour.

Quant aux hommes et femmes politiques, où en sont ils (elles) ?

En les voyant réagir les yeux rivés sur les sondages, je me dis…

Où sont les De Gaulle, Badinter et autres Simone Weil, et Pierre Simon (planning familial) , et Coluche et l’Abbé Pierre… et j’en passe et des meilleurs. Ceux qui défendaient leurs idées pour les faire gagner !

Si le 18 juin et malgré l’adversité, De Gaulle s’était tu ? Où en serions-nous en France et certainement dans le monde ?

Les idées innovantes, les idées qui voulaient mettre au centre des préocupations de la politique, l’homme et la femme, dans son ensemble et non pas seulement l’économie.

« Ici nous de défendons que ce qui va gagner ! « 

C’est ce que semblent dire les hommes et femmes politiques du moment ! J’ai l’impression du maché où je demande 5 kilo de pomme et où le marchand m’en donne une pour la route. Vous en voulez deux kilos de plus ? Ces politiques (hommes et femmes) semblent conduire au rétroviseur, car le sondage n’est bien que l’image d’hier, non ?

Conduire au rétroviseur, n’est-ce pas aller en marche arrière quand on avance ?

Publicités


Catégories :Actualité

1 réponse

  1. Je ne me souviens plus depuis quand j’ai supprimé la télé. Vers 1997, je crois.
    J’ai du mal à évaluer l’effet sur ma créativité mais dans la mesure ou ça correspond à mon basculement sur Internet.
    Sinon, quand on parle des téléfilms français, on pense aussi aux grosses productions américaines qui dépensent des millions de dollars à :
    1) Mettre à l’écran les héros de la BD populaire des années 1970-1980. (Spiderman, hulk, les 4 fantastiques, X-men, etc.)
    2) Refaire des films des années 30 (Frankenstein, King Kong)
    3) Refaire des films européens
    4) Mettre à l’écran des best-sellers plus ou moins récents (Lord of the rings, Harry Potter)
    Quelques belles réussites mais la même aversion à la nouveauté et au risque que les chaines télé.
    Paradoxe, ce sont les séries qui font preuve du plus d’audace outre-atlantique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :