Comment une information incomplète devient un argument fallacieux.


lingot-dorFrançois Hollande lors de son  discours à continué sur sa lancée, à affirmer un argument qu’utilise aussi la droite Française, dans son ensemble, pour justifier l’augmentation de l’âge de la retraite. En effet, il affirme : "L’espérance de vie s’allonge, il faut allonger la durée de cotisation".

Je me disais de manière empirique, mais alors si l’espérance de vie augmente, qu’en est-il de notre capacité à "profiter" de notre retraite ? Et hier, j’ai reçu le dernier numéro de Science et Vie (juin 2013) et là… J’apprends que l’espérance de vie, en bonne santé, est en baisse ! Et cela ça change tout !

J’entends l’argument qui dit les travailleurs actifs financent la retraite des travailleurs qui ne sont plus actifs et c’est là que se pose le problème. En effet le revenu cumulé des travailleurs actifs devient insuffisant pour fiancer la retraite des travailleurs non actifs. Et après envisagé divers scénarios, la politique peut alors trancher entre les diverses options qui sont… Faisons participer TOUS les revenus pour participer à la guerre contre la pauvreté, et pour la solidarité… Y aurait-il des personnes "plus solidaires" que les autres ? Bon ce n’est pas mon propos, bien que je pense que cette voie n’a pas été assez visitée…

Maintenant je reviens à l’argument qui affirme "Travailler plus longtemps car espérance de vie plus longue". Mais de quoi parle-t-on ? Une espérance de vie avec la maladie d’Alzheimer? Une espérance de vie cloué dans son lit avec des problèmes de dos ? Une espérance de vie dans une chambre d’hôpital ? Une espérance de vie avec une maladie évolutive qui nous amène petit à petit vers la mort ?

Mais de qui se moque-t-on avec ces arguments ? Car les études scientifiques en cours prouvent que en France si l’espérance de vie est la plus importante en Europe avec une moyenne à 81,4 ans (pour les femmes), les mêmes statistiques nous placent en 9ème position avec une espérance de vie en bonne santé n’excédant pas 65 ans (pour les même femmes) ! Il y a 4 maladies détiennent le record pour miner l’espérance de vie en bonne santé :

  • L’Arthrose
  • Le cancer du poumon
  • La maladie d’Alzheimer
  • L’insuffisance cardiaque

C’est étude portent sur 400 000 personnes… je vous laisse découvrir cette étude sur Science et Vie.

Alors messieurs les politiciens, votre argument est bien fallacieux ! Partir à la retraite à 65 ans c’est pour la plupart des gens quitter la travail pour la maladie… Est-ce cela l’avenir de la retraite ? La "retraite" c’est bien comme son nom l’indique le "retrait" d’une ressource usée pour le remplacement par une ressource neuve. Comme on jette les vieilles piles usagées

Alors "qu’un vieux qui meurt c’est toute une bibliothèque qui disparaît" (Proverbe Africain) quand on change de paradigme… Sommes-nous seulement, des ressources humaines, ou, des richesses humaines ? En effet, pour moi, nous prenons de la valeur avec le temps qui passe, par nos échecs et nos réussites, par l’accumulation de toute l’expérience valorisée par notre analyse, et cela est vraiment le contraire de ce que l’économie actuelle mondiale affirme, en nous traitant comme une ressource à exploiter… A 50 ans, tu ne vaux plus rien… Car tu coûtes trop cher…

Alors, il va falloir réfléchir et agir… Remplaçons les GRH (Gestion Ressources Humaines) en VRH (Valorisation des Richesses Humaines). Le coaching va dans ce sens, et si nous en parlions ? Comment valoriser votre richesse ?



Catégories:Actualité, Coaching, Coaching social, Handicap

Tags:, , , , , , ,

6 replies

  1. Je suis très surpris de constater que vous ne teniez pas compte du simple calcul suivant : dans les années 50/60 il y avait un peu plus de 3 cotisants actifs pour payer la retraite d’un inactif.
    Aujourd’hui, grâce ou à cause de l’augmentation de l’espérance de vie (en bonne ou en mauvaise santé, cela n’a aucune importance puisque dans les 2 cas on doit bien payer la pension du bien portant ou du malade ?) il ne reste qu’1,5 cotisant pour un inactif.
    De plus, l’augmentation de l’espérance de vie génère de nouvelles charges pour la communauté puisque les maladies dégénératives et la dépendance par exemple représentent des charges de plus en plus importantes qu’il faut bien financer !
    Alors mathématiquement parlant : moins de cotisants, des durées de versements des pensions de plus en plus longues, plus de charges pour l’assurance maladie, il faudra expliquer comment vous assurerez toutes ces dépenses si vous n’augmentez pas les durées de cotisations.
    Votre argument "partir à la retraite à 65 ans c’est pour la plupart des gens quitter la travail pour la maladie…" est complètement faux. L’âge auquel les gens développent de graves maladies recule avec l’espérance de vie.
    A votre avis, quel était l’espérance de vie d’un ouvrier après avoir pris sa retraite dans les années 50 ?
    J’ai la réponse, j’attends la vôtre.

    • Je vous remercie de votre intervention, qui me semble bien agressive toutefois, et très partisane.
      Vous avez la réponse ? A votre dernière question sur les années 50 ? Et bien moi aussi.. J’ai la réponse… Les années 50 c’était il y a plus de 60 ans maintenant… Je vous rappelle que nous sommes en 2013. Et vous restez avec vos idées des années 50 ? BRAVO !
      On appelle-cela avoir de la suite dans les idées :)
      Alors trêves de plaisanteries maintenant je vais vous répondre.

      Je n’ai jamais soutenu que il ne fallait pas changer le mode pour financer les retraites car il n’est plus adapté, je le reconnais, bien-sûr. Il part justement comme vous des idées que nous avions dans les années 50… Et a très peu évolué, malheureusement.
      Dans cet article j’ai seulement indiqué que l’argument : selon lequel on devrait cotiser plus longtemps car on vit plus longtemps est fallacieux, je n’ai pas donné de solution, ni l’ébauche de la queue d’une solution pour la retraite, croyez-vous que j’aurai l’indécence de penser que j’ai la réponse ?
      Je m’explique. je reconnais, effectivement que le nombre d’actifs par rapport aux nombres d’inactifs ne suffit plus car c’est mathématique comme vous le dites … Mais pourquoi seulement financer les retraites par les actifs… La solidarité est générale ou n’est pas,
      Les flux financiers aujourd’hui ne cotise pas pour nos retraites. On vient de mettre en place la journée solidarité et c’est encore les salariés qui sont les dindons de la farce.. Depuis peu la finance enfin entre dans la danse, mais pas les professions libérales, ni les agriculteurs … Pourquoi ?
      La retraite par répartition ne peut fonctionner que si tous ceux qui gagnent de l’argent y participent pas seulement les salariés !
      Cela aussi est mathématique…
      Je pense que l’argent qui rapporte lui aussi pourrait financer les retraites..
      Mais la mondialisation aidant ce ne sera pas facile de garder les riches en France, n’est-ce pas ? LOL
      La mondialisation … implique que nous seront tous solidaires ou que personne ne voudra l’être … ;)
      Alors une taxe sur la finance unilatérale ? Une taxe sur les importations ? Une taxe de plus me direz-vous ?
      Quant à vous manifestement vous n’avez pas lu mon article mais seulement survolé, sinon vous ne diriez pas que mon argument est faux puisque je vous signale que mon argument selon lequel la baisse de l’espérance de vie en bonne santé baisse, s’appuie sur une étude dont je cite les sources. Vous non !
      Quant à moi je persiste à dire travailler pour aller à l’hôpital n’est pas un rêve et donc que cet argument reste fallacieux puisque les données scientifiques prouvent le contraire de ce que vous annoncez dans votre commentaire.
      Bien à vous

  2. Merci pour votre réponse à mon message. Juste une phrase pour vous préciser que Je ne voulais absolument pas faire preuve d’agressivité, veuillez accepter mes excuses si la forme de l’expression de mes convictions vous a interpellé.

    Mais quand on tripote la sémantique, on fait dire n’importe quoi à un article, et rassurez-vous je n’ai pas survolé votre publication, bien au contraire.

    Nul ne remet en cause l’article de Science et Vie (j’y suis abonné..), mais s’il est vrai que l’espérance de vie "en bonne santé" est en très légère baisse……c’est après des décennies d’accroissement vertigineux !

    Vous me taquinez avec les années 60 dont vous me dites qu’elles ont plus de 60 ans aujourd’hui. Bravo pour ce calcul difficile mais indéniable, mais il est très important de s’y référer pour aborder et comprendre la situation actuelle et ce pour plusieurs raisons.

    La première, c’est que depuis notre système de retraite n’a pas évolué. Nous cotisons toujours sur les mêmes bases et ce système est resté assis sur le socle sacré de la répartition. Je ne juge pas du bien fondé de ce fondement, je me référais uniquement à cet époque pour la mettre en regard avec celle que nous connaissons aujourd’hui.

    La deuxième, c’est que dans les années 50/60, l’espérance de vie d’un ouvrier qui prenait se retraite n’était que de quelques années, 3,5 ans. Même avec la meilleure volonté du monde pour abonder dans votre sens, difficile de ne pas reconnaitre que ma démonstration était justifiée en me référant à la situation d’il y a 60 ans, pas aux idées d’il y a 60 ans comme vous l’écrivez bien sur sans agressivité…..mais je vous taquine à nouveau.

    La troisième raisons touche aux financement de nos retraites, et vous donnez des pistes qui sont parfaitement recevables. Vaste débat, mais la question que je me pose est la suivante : sachant que l’enfer est pavé de bonnes intentions et que trop d’impôts tue l’impôt, de nouvelles taxes ne vont-elles faire fuir ceux que vous voudriez faire cotiser ?

    La France est déjà le pays où les charges pour les entreprises sont plus plus élevées. La part de l’état dans le PIB est tellement importante qu’elle étouffe les particuliers et les sociétés industrielles ou non. Car dans sa boulimie de financements dont l’état à besoin pour payer ses fonctionnaires par exemple, on assèche les investissements, la R&D et l’innovation qui représentent les emplois futurs. Quand les entreprises payent tant d’impôts et charges, c’est autant qu’elles ne consacrent pas aux produits et emplois de demain.

    Désolé, mais taxer les flux financiers pour nous cacher que nous devons travailler plus longtemps afin de ne pas mettre le système des retraites en faillite, n’est pas une option responsable. Les banques et autres établissements financiers payent déjà beaucoup de taxes et de charges, ces entités partiront vers des cieux fiscalement plus cléments si on les matraque financièrement.

    Et les résultats seront l’inverse de ceux recherchés. Je le répète, travailler plus longtemps ne se discute même pas, il n’y a pas d’autre option responsable.

    • Merci pour votre réponse, qui me ravit car nous pouvons comme cela échanger et s’apercevoir que finalement malgré des débuts quelques fois difficile nous convergeons vers un constat qui est que la France ne peut raisonner seule en face d’un problème comme la retraite car la situation a bien changée entre les années 50 et nos jours. L’Euro est là, et l’indépendance d’un pays sur sa politique de solidarité, dépend de la bonne volonté des pays voisins, d’une part et des personnes, à la ta tête des fortunes qui alimentent le système, d’autres part…
      Nous parlons des charges en France ? OK je suis d’accord avec vous que nous en avons beaucoup et effectivement votre remarque rejoint la mienne, sur le départ des capitaux vers d’autres cieux si on augment certaines charges.
      Je suis aussi d’accord avec vous aussi, pour constater, que devant ce problème nous devrons travailler plus longtemps, mais cela n’enlève rien à mon argument de départ. Lorsque les politiques affirment "Nous vivons plus vieux donc… ils faut travailler plus longtemps…"
      Ils nous racontent un conte à dormir debout.
      En France, nous avons vécu avec l’illusion que nous pourrons avec le progrès :

      • Intégrer l’Europe (et sa monnaie)
      • Garder la retraite à 60 ans
      • Ouvrir les frontières pour un marché de libre échange
      • Ne pas tenir compte de la politique de nos voisins

      Et maintenant ils viennent nous parler de travailler plus longtemps pour assurer un régime de retraite alors que le chômage augmente chaque mois, et donc le ratio travailleur actifs/travailleur retraite évolue dans le mauvais sens chaque fois que je regarde ma montre…

      Bon allez je reste calme.
      Oui je suis d’accord qu’il va falloir travailler plus longtemps mais de toutes les façons, si nous ne changeons que cela, la retraite par répartition va directement "dans le mur"
      Alors raisonnable ou non, il faudra bien un jour s’y pencher à nouveau surtout que la dépendance de nos ainés augmente et que bientôt j’y serai aussi dans .. les ainés ! :(
      Je reconnais tous les arguments évoqués comme des arguments qui nécessitent une réforme structurelle de nos régimes de retraite, mais l’argument selon lequel nous vivons plus vieux, n’est toujours pas recevable… Votre honneur ! :)
      Merci de cet échange cela fait du bien de partager nos visions.
      Bien à vous

  3. Il est siderant de constaster l intox le nombre de victimes de l intox sur les retraites: joel S. en fait partie !
    Certes il y a une degradation du rapport cotisants/pensionnes depuis l apres guerre ( pourtant jusqu en 2000 LES REGIMES DE RETRAITES ETAIENT A L EQUILIBRE !) mais elle est plus que contrebalancee par l augmentation de la productivite ! Deux salaries d aujourd hui degagent plus de richesses que trois en1980 et quatre en 1960 . Une unite de production sort autant de voitures donc autant de richesse avec beaucoup moins de salaries qu avant.! Est il normal que cette augmentation de productivite penalise les salaries en matiere de salaire et de retraite ? CES TRENTE DERNIERES ILS ONT PERDU 10% DANS LA PART DE RICHESSE ! En matiere de retraite, je pense qu il faut changer et elargir l assiette de cotisation ; pourquoi faire payer uniquement les entreprises en fonction du nombre de salaries ,( ce qui penalise l emploi) ? Pourquoi ne pas les calculer en partie en fonction du chiffre d affaire ?

    • Olivier, votre démonstration est à pleurer. Si je suis victime d’une intox comme vous le dîtes, vous devez être vous même victime d’une amnésie qui vous occulte le plus simple emploi des mathématiques.
      En 1980, le salaire minimum était de 2317,00 FF soit un peu moins de 350,00 €.
      Aujourd’hui, le SMIC est à 1417,00 € soit PLUS DE 4 FOIS PLUS.
      Et dans le même temps, vous affirmez que 2 salariés d’aujourd’hui produisent plus de richesses que 3 en 1980.
      J’en reviens aux mathématiques. Faites un simple règle de 3 et vous vous apercevrez que les salaires ont augmenté plus vite que la valeur de la production, les salaires supérieurs au SMIC ont connu la même progression.
      Alors votre tirade sur la valeur produite comparée aux coûts salariaux s’effondre. Et je ne fais pas de politique, mais simplement des mathématiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 5 788 autres abonnés

%d bloggers like this: